Bali travel voyage - Bali Tour and Travel in Indonesia Bali Agence de Voyage pour des séjours en Indonésie

20 / 10 / 2014
3:19 am

Denpasar

Nuages Dispersés
  • Nuages Dispersés
  • Température: 27 °C
Dernière Mise à Jour:
Lundi, octobre 20, 2014

Danses Balinaises

L’île de Bali se caractérise par sa culture et plus particulièrement par sa musique et sa danse. En effet, sur cette terre sacrée, les dieux empruntent les corps des danseurs pour conter leurs aventures.

Dans chaque ville ou village, existent des gamelans (orchestres de percussions, de gong ou de métallophones). Pas moins de 2000 troupes sont dispersées dans l’île. Les gamelans racontent généralement des récits mythologiques ou historiques de l’Indonésie. 

Même s’il est de tradition que seuls les hommes jouent dans les orchestres, les acteurs des danses balinaises sont aussi bien des hommes que des femmes qui jouent différents personnages ou animaux.
Des costumes majestueux, des gestes solennels, ces spectacles ressemblent davantage à du théâtre dansé. Les danses balinaises obéissent à des règles extrêmement précises, par exemple les danseurs gardent toujours les lèvres fermées. Les mouvements des yeux ont une très grande importance, tout comme les mouvements et les positions des mains et des doigts.

Il existe à Bali une multitude de danses: le barong, le ketchak, le topeng, ou encore le lelong. En voici un petit résumé:

  • Le "legong" : c'est certainement la danse la plus traditionnelle de Bali. Les danseuses sont de très jeunes filles, vêtues de brocarts, couronnées d’une tiare d’or et de fleurs de jasmin ou de frangipanier. L’histoire est celle d’un jeune prince qui doit faire ses adieux à sa bien-aimée, pendant qu’un oiseau de malheur avertit le jeune homme de sa prochaine mort au combat. La précision des gestes des danses balinaises nécessite un long et difficile apprentissage. Les mouvements très complexes des mains et des yeux exigent une coordination parfaite.
  • La "kecak" : prononcé "Ketchak", c'est la danse balinaise la plus récente et une des plus impressionnantes. La kecak raconte un épisode du Ramayana, le récit épique hindou bien connu, au cours duquel l'armée des singes commandée par Hannuman aide Rama à délivrer son épouse Sita, prisonnière de Ravanna, le roi de Lanka. Une centaine de chanteurs sont assis en rond, autour d'un feu, et ils produisent eux-mêmes le rythme de la danse, en poussant des "tchac - tchac - tchac" imitant le cri des singes, et qui donnent son nom à la danse: la kecak.
  • Barong et Rangda : le barong, aussi appelé "danse du kriss" fait partie des danses les plus célèbres de l'île. Elle doit son premier nom à l'animal mythique qui apparaît dans la danse, et son second nom à un accessoire intervenant également au cours de cette danse à savoir le poignard balinais à lame ondulée (le kriss). Cette danse représente la lutte entre le bien et le mal. Le barong, représentant le Bien, est opposé à la sorcière Rangda qui hante les nuits de Bali et représente le Mal. Cette dernière parvient à contraindre les hommes qui la combattent aux côtés du barong à retourner leurs kriss contre eux-mêmes. Barong va alors utiliser tous ses pouvoirs magiques pour éviter la mort de ses compagnons et pour vaincre Rangda. Au cours de cette danse, les danseurs aux kriss entrent en transe. Pour incarner le barong, deux danseurs prennent place dans un costume : l'un occupe la partie avant de l'animal, l'autre sa partie arrière. La tête de l'animal est faite d'un masque de bois, et le danseur fait claquer sa mâchoire au cours de la danse. Sa fourrure est faite de longs poils soyeux, il est paré d'or et porte une barbe décorée de fleurs.
  • Le "kebyar" : c’est un duo entre un orchestre et un danseur. Le danseur exprime tous les états d’âme d’un adolescent, passant de la crainte à la joie suivant les nuances de la musique, sans oublier de manier l’éventail. Le danseur dispose d’un terompong (tambour) tout comme l’orchestre.
  • Le "baris" : le terme "baris" en balinais désigne les guerriers. cette danse présente les humeurs d'un jeune guerrier avant et pendant le combat et est pratiquée par des jeunes garçons.
  • Le "sanghyang" : les "sanghyang" sont des danses de transe, les dieux prennent possession du corps du danseur et s'expriment à travers lui. C'est un spectacle extrêmement impressionnant.
  • Le "topeng" spectacles de danses de masques aux yeux exorbités et aux dents acérées. Cette danse commémore les exploits des guerriers. Les mouvements des danseurs sont rythmés par le gong et s'interrompent dès que la musique s'arrête.
  • Le "pendet" : le pendet est la danse des offrances. Elle sert aujourd'hui de préambule à tout spectacle. Sans oublier le théâtre de marionnettes, très certainement la forme la plus complexe et la plus sacrée des danses balinaises.